pour faire le point sur l’actualité, et faire fonctionner son esprit critique, c’est ici!!

Vous avez dit Noir?

Plus que trois jours avant l’élection américaine… Obama garde sept points d’avance dans les sondages. A l’heure qu’il est, nous pouvons affirmer que s’il devait perdre mardi, il serait la victime de l’effet Bradley. En effet, à quoi d’autre qu’à sa couleur de peau pourrions nous attribuer sa défaite, alors qu’il a fait campagne en tête face à Mc Cain? Si Obama devait perdre , les Etats Unis seraient sur le champ, et pour longtemps, accusés par tous les autres pays du monde d’être un Etat raciste. En effet, il est d’usage de dire que le monde aime Obama, et que si le monde entier votait à cette élection, Obama gagnerait haut la main…

Il en est de même pour la France, qui le soutient majoritairement, pour ne pas dire totalement. Malgré tout, je suppose qu’il faudrait apporter à cela une certaine nuance. En France, une énorme partie de la population sondée au sujet de l’élection américaine assimile automatiquement Barak Obama à sa couleur de peau. J’entends par là qu’ils savent qui est Barak Obama seulement parce qu’il est noir. Exagéré? Soyons sérieux, en 2000 et 2004, combien de français connaissaient Al Gore et John Kerry? De là à dire que les Français le soutiennent uniquement parce qu’il est noir, il n’y a qu’un pas… Oui mais voilà, en France, les gens ne font que donner leur avis… ils ne votent pas… L’effet Bradley montre que, contrairement au sondage, l’isoloir est l’endroit où s’exprime toujours la véritable conviction…

Alors, voilà ma question : si en 2012, un excellent candidat noir se présentait à l’Elysée aurait-il réellement des chances de gagner, ou seulement de gagner dans les sondages? Qu’en serait -il dans un pays comme la France, où, rappellons le, 20% des gens ont choisi Le Pen en 2002 (et, pour les plus téméraires, 54% Sarkozy en 2007).

Si Mc Cain gagnait, cela serait la preuve que les Etats-Unis sont encore malheureusement un pays où la race blanche doit dominer. Nous pourrions, et nous allons dire en France que l’Amérique est raciste… Mais il s’agit de ne pas se tromper… Est-ce l’Amérique qui serait raciste? Ou est-ce que le fait qu’une majorité pense qu’un afro-américain ne puisse pas être le plus compétant pour gouverner ne serait pas le symbôle d’un occident encore aujourd’hui convaincu de sa supériorité?

A bon entendeur…

 

 

 

 

1 novembre, 2008 à 14:12


6 Commentaires pour “Vous avez dit Noir?”


  1. Luis Montonton écrit:

    Trés intéressant, même si j’ai l’impression que tu fais un raccourci en notant que Le Pen a fait 20% en 2002 alors que l’on sait tous que c’est dû à l’absentéisme.
    A bon enendeur….

  2. pititecerise écrit:

    a bon « entendeur », non? il me fallait un exemple chiffré pour signaler qu’il y a encore (beaucoup) de gens racistes en France, et celui là m’a paru être le plus opportun… Il était juste question de mettre le doigt sur le fait que contrairement à ce qu’on voudrait nous faire gober en ce moment, l’idée qu’un Noir puisse prendre le pouvoir n’est pas acquise par la totalité des Français, et plus largement des occidentaux…

  3. Sleepman écrit:

    je pense pas que les 20% qui ont voté LePen en 2002 soient tous convaincus que les arabes sont mauvais et soient forcément racistes.
    Juste endoctrinés, désépérés et surtout mal informés.
    Sinon je pense qu’Obama ne va pas gagner, pas forcément qu’à cause de l’effet bradley, y a aussi l’histoire des boitiers électroniques qui auraient fait perdre les élections à Kerry en 2004 ( ces boîtes fabriqués par des sponsors rébuplicains)
    Bref on verra dans quelques heures!

  4. pititecerise écrit:

    Avant tout Sleepman, je te remercie de t’arr^ter sur ce blog et de relancer le débat…Je suis totalement d’accord avec toi pour dire que les 20% de gens qui ont voté le Pen en 2002 sont, pour beaucoup, mal informés, endoctrinés, desespérés. Il me parait clair que les électeurs qui se tournent un jour vers le Front National ne sont pas tous des skinhead néonazis, là n’était pas ma question. En revanche, je pense que le programme de Le Pen nous montre que tous ces électeurs ont quelque chose en commun. Au sein de ce programme, un cheval de bataille, le même depuis… 30ans! L’insistance sur « le problème de l’immigration » est telle qu’un électeur ne peut pas passer à côté au moment de faire son choix. Pire… Un electeur de Le Pen ne vote pas pour lui en raison de ses positions sur l’avortement ou sur l’Europe. Mais précisément parce que pendant la période électorale, il adhère à l’idéologie « anti-immigration » du parti. Qu’est ce que cela nous prouve? Que l’electeur du Front National n’est visiblement pas très à l’aise avec l’idée qu’il y ai des immigrés en France, ou même, des descendants d’immigrés. Pour des raisons qui peuvent en effet être le desespoir, l’endoctrinement(encore que…), la mauvaise information, ou même la stupide peur de se faire tirer son sac à main à l’arrachée,ou cramer sa Volvo toute neuve sur le parking devant chez mémé. Or, comment appelle-t-on le fait de n’être pas très à l’aise avec les immigrés de son pays? La question est alors de savoir si une personne en proie à une idéologie raciste peut avoir une bonne excuse… Pour ma part, je pense que la compréhension n’induit pas automatiquement l’excuse… Ce sujet pourrait nous amener encore bien plus loin dans notre raisonnement… Peut-être une nouvelle idée d’article pour moi?
    Aux USA, le verdict approche de plus en plus… et la fiabilité des boitiers électroniques pourraient effectivement être remis en cause en cas d’une défaite d’Obama, mais uniquement si Mc Cain l’emporte d’une courte majorité…. Advienne que pourra, et rendez vous demain matin pour les résultats.

  5. fuckyourmother écrit:

    YOUHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU
    YOUHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU
    USA WILL CHANGE !!!!!!!!!!!!!
    (enfin)

  6. xi écrit:

    Mon petit avis sur le fantasme Obama, c’est un peu le syndrome de l’assiette du voisin. Je m’explique, selon moi, c’est donc toujours mieux dans l’assiette du voisin au restaurant, mais quand on commande,on trouve encore le moyen d’être déçu. c’est un peu ce qui arrive avec, a la fois notre envie que Barack gagne les élections, et notre enthousiasme du résultat.

    Une analyste américaine disait a la télé hier soir, que l’Europe avait voté pour Obama. Mais qu’en est il des 20% lepenistes, et des 54 % sarkozistes? Oui, un président noir américain nous fascine, puisque cela nous montre que les USA commencent a régler leur problème historique de la ségrégation (ou du moins en façade : Obama est il condamné a faire ses discours sous couvert de vitres par-balles commme hier soir?). Mais notre problème de discrimmination est beaucoup plus sadique, puisqu’il se veut positif.

    Obama est arrivé ici à la force du poignée si je peut dire, il se peut bien que chez nous, si un candidat « minoritairement visible » veut arriver a un poste politique haut placé, cela soit pour honorer certain quotas installés (cf. Rama Yade).

    Chez nous, nous en sommes encore à ramener les « noirs » aux portes des charters, surement pas a celles de l’Élysée.


Laisser un commentaire